Mon premier Noël minimaliste

Quatre mois après le début de mon expérience minimaliste, il est temps de faire un premier point et un bilan.

L’habitude minimaliste

La première chose à dire, c’est d’abord l’habitude. L’habitude qui s’est installée, tranquille et durable. Je crois qu’aujourd’hui il me serait plus difficile de revenir en arrière. De racheter beaucoup de vêtements, hésiter à nouveau de longues minutes devant ma penderie chaque matin. J’ai l’impression que c’est un chemin dont on ne revient pas, et c’est très bien.

L’habitude c’est la mienne, mais c’est aussi celle des autres. Autour de moi en famille, ou au travail, on s’est habitué à me voir presque toujours dans les mêmes vêtements.  Je développe des stratégies incroyables pour apporter un peu de variété avec très peu de choses. Par exemple, parfois je mets ma chemise bleue à l’intérieur du pantalon, et le lendemain je la repasse à nouveau, et cette fois je la laisse à l’extérieur du pantalon. Ça a l’air de rien comme ça, mais le style change complètement.

J’avoue aussi que parfois j’ai fait des mélanges qui étaient plus que contestables!

Quelle hotte pour un Père Noël minimaliste

Forcément cette aventure minimaliste un gros impact sur des périodes comme celle de Noël, où tout est fait pour nous faire consommer le plus possible. Moi je suivi quelques principes simples. Parce qu’ils sont très importants pour moi.

J’essaye toujours de faire des beaux cadeaux, ce qui ne signifie pas des cadeaux très chers. Cela signifie soit quelque chose que moi j’aimerais vraiment avoir, soit quelque chose dont je sais que ça va faire très plaisir à la personne à qui je le destine.

Par exemple j’adore ma ville de Paris, et les façades des immeubles, de toutes les époques. J’ai trouvé un petit livre qui s’appelle « Grammaire des immeubles parisiens » et je suis très content de l’offrir à quelqu’un dont je sais que ça pourrait lui faire plaisir. Évidemment j’adorerais avoir ce livre.

Le deuxième conseil, c’est de faire des cadeaux proportionnés à l’affection que l’on a pour les gens. Il est normal qu’il y ait des personnes qu’on aime moins que d’autres. Et donc il est normal que ces personnes reçoivent des cadeaux un peu moins conséquents. Voir pas de cadeau du tout.

Et dans mes petits souliers sous le sapin en carton?

J’y reviendrai, car cela mérite vraiment un article à part entière. Mais disons déjà que j’ai suivi les principes que je m’étais fixé au départ. C’est-à-dire que j’ai accepté tous les cadeaux que l’on m’a fait. Que chaque cadeau a nécessairement fait sortir un article de ma liste des 43 objets.  Je vais donner un seul exemple : ma femme m’a tricoter une écharpe fabuleuse, un truc incroyable que je décrirai plus longuement. Forcément elle est venu remplacer mon écharpe qui figurait depuis trois mois dans ma liste 43 objets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *